Top

Après une 1ere magnifique journée, nous attaquons le 2e jour de randonnée dans les montagnes d’Mgoun plein d’entrain. Au fil des kilomètres, les villages sont plus espacés et nous marchons plus souvent dans l’eau de la rivière, toujours froide au premier abord, et agréable en quelques secondes. Nous arrivons au camp de base repéré par les muletiers en début d’après-midi et nous en profitons pour prendre un bain dans la rivière. Vous me direz « mais pourquoi se baigner dans de l’eau glacée ? » déjà pour l’expérience d’une nouvelle premiere fois (toi aussi découvre qu’avec les années tu as moins d’occasions), pour la mini-fierté de faire un truc un peu foufou et surtout parce qu’il faut bien se laver un peu…

L’après-midi passe tout en douceur, sous les arbres, à lire, peindre pour certaines, graver des bâtons pour d’autres, et manger des beignets en buvant un thé à la menthe pour tous.

On leur dit que ce sera la même photo ? 

Malheureusement cette nuit-là est un peu compliquée pour B. et moi. Est-ce le froid de l’eau de la rivière ? Un truc mal digéré, que sais-je ? La petite crainte que j’avais à l’idée de devoir un jour déféquer dans la nature est devenue bien réelle tout à coup… Quand ton ventre crie, qu’une goutte de sueur perle doucement sur ton front, quand tu n’as plus du tout confiance en ton sphincter, alors c’est le signal que ta dignité va disparaître derrière un buisson ou un pauvre rocher marocain. Bref, j’ai été malade toute la nuit.

(La pause caca bien compliquée est terminée, c’était mon cadeau souvenir <3)

Après cette nuit mouvementée et un petit déjeuner à base d’eau de riz, nous reprenons la marche et découvrons sûrement la plus belle partie de la rando : les gorges sont encore plus étroites et l’eau monte jusqu’aux cuisses. Le décor est vraiment magnifique, c’est extra !

En chemin, nous trouvons un gros troupeau de chèvres. Emilie, tombe amoureuse d’un bébé chèvre qui semble tout seul. Il crie et cherche, j’ai bien cru qu’il aillait finir l’air de rien dans son sac à dos pour ne pas le laisser seul (mais la place est prise par son matériel photo et ses aquarelles).

Dernière nuit. Dernières chansons marocaines. Derniers enfants curieux qui nous scrutent des heures. Dernière nuit à la belle étoile ou sous un tente berbère… C’est un peu triste de quitter la Team Touda. Le Maroc nous réserve tellement de beaux voyages et de belles surprises.

Ce séjour est le fruit d’une invitation de l’Ecolodge Touda. Les choix éditoriaux des articles et vidéos qui font suite à ce voyage me reviennent librement.

post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.