Caraïbes, Saint-Martin, Voyages

Tresor d’Happy Bay et folie du timeshare

Saint-Martin porte le doux nom d’île aux 36 plages. Y en a t’il 36 ? Surement, je n’ai pas réussi à vérifier. J’en ai découvert deux qui m’ont particulièrement marqué par leur intimité : il s’agit d’Happy Bay et de la plage des amoureux (dont je vous parlerai dans un autre article).

Avant de vous décrire cette belle plage d’Happy Bay, je vais vous raconter comment nous l’avons découverte…

Troisième jour sur l’île, nous partons plein sud-est un peu au hasard pour découvrir la côte Atlantique de l’île. Après un arrêt au Butterfly Farm on arrive vers la maria d’Oyster Point. Au niveau d’un gros nid-de-poule (et dieu sait qu’il y en a beaucoup à Saint-Martin), on se fait interpeler par un pauvre jeune homme en plein soleil. Il nous parle en anglais puis en français et nous explique qu’il travaille pour l’hôtel : le Westin qui organise des portes ouvertes en ce mois d’octobre. Un jeu à gratter est organisé et en fonction des cases qui apparaissent on gagne un cadeau. Aller, pourquoi pas : jouons ! Anthony tire une case nous donnant l’acces à 1 transat sur leur plage privé pendant une demi-journée. Mon ticket indique trois 7 et Jeff (notre gentil jeune homme distributeur de tickets) énumère les différentes possibilités mais pas de la mienne. Je tente un discret « Et qu’en on à trois 7 ? » Là il m’arrache le ticket des mains et se met à crier nous explique qu’il n’y a qu’un ticket comme celui là qui sort par semaine et que c’est le méga-gros lot (en passant il se prend une bonne com’ 🙂 )

Curieux et méfiants on se laisse guider, on doit juste accorder 90 minutes à une responsable commercial de l’hôtel et on peut gagner 1000 dollars de jetons au casino de l’hôtel, 7 nuits pour 4 personnes dans un des hôtels de la chaîne ou alors une caméra. Je croise déjà les doigts pour avoir le séjour. Alors on joue le jeu : on se promène dans l’hôtel, on prend des photos, on fait presque les acheteurs de cette merde de timeshare. Le concept est au départ très intéressant et on tend l’oreille : pouvoir épargner sur ces voyages et ne plus voyager « à fond perdu », avoir un capital voyage et être sûr de partir au moins une semaine par an dans une même catégorie d’hôtellerie. Mais tout ce gâte à l’arrivée du directeur financier qui doit nous remettre notre prix et qui en profite pour nous donner les prix du timeshare et nous pousse à acheter son produit. Bien sûr la négociation se passe mal, je ne veux pas acheter et il insiste et cette insistance me rend encore plus méfiante, si le produit vendu est aussi merveilleux, pourquoi se battre pour avoir mon chèque et surtout à quoi correspondent tous ces frais autour ? Il m’énerve tellement que j’ai envie de fuir en courant de son établissement et qu’il garde son cadeau de merde ! On n’a rien demandé et même si le marketing direct fonctionne bien sur le public américain, nous ne sommes pas dans leur cible (jeune couple nouvellement propriétaire d’une maison où il y a des tas de travaux !) Alors non, et même si il est capable de nous faire un -50% sur les prix, (oui oui ) j’ai rien demandé et on passait par là par hasard !

Bref, au bout de plus de 2h30, on nous lâche et on nous remet le cadeau : les 7 nuits dans un hôtel 5 étoiles pour 4 personnes à valoir avant juin 2013. Cadeau empoissonné ? Nous verrons bien (on voit immédiatement qu’il faut débourser 400 dollars de frais de gestion -encore- ). Ultra énervée et les larmes aux yeux, on part du Westin le cadeau sous le bras, bien décidés à ne plus jamais avoir affaire avec des personnes de cet établissement.

Toute cette histoire pourquoi ? Tout simplement, parce qu’on a profité de l’entretien avec la commerciale pour avoir ses bons plans de « locale » avec les bons restos, les plages qu’elle aime et comment y accéder, quel jour aller à tel endroit, bref une carte au trésor pour nous 🙂 C’est ainsi qu’elle nous présente Happy Bay.

Happy Bay est une plage très peu fréquentée car il n’y a pas d’accès direct. Avant la plage appartenait à un hôtel qui a fermé. Attention, je vais vous dévoiler un petit secret ! Il suffit de se rendre sur la plage de Friar’s Bay et de se diriger le plus à droite possible de la plage. Là il faut s’engager sur un petit chemin caillouteux et marcher durant environ 15 minutes. On arrive à une porte-barrière qu’il faut passer, et là vous êtes arrivés !

La plage était quasi déserte seulement une dizaine de personnes, dont quelques nudistes (note à part, il y a pas mal de naturistes à Saint-Martin). La plage de sable fin est également accessible en bateau, elle ressemble en tout point aux plages des Caraïbes telles qu’on les imaginent : jolie plage de sable ocre avec les cocotiers arborant le bord de la plage. En arrivant vers 16 heures, nous découvrons la plage à une heure assez tardive mais parfaite pour les photos car nous la découvrons au couché de soleil : parée d’or. Les gens quittent la plage et on se retrouve presque seuls : le paradis. L’eau frôlant les 30°c est juste parfaite, un peu trop de vagues pour tenter de faire du snorkeling mais parfaite pour profiter pleinement de l’instant. On a presque honte d’avouer le délice de se baigner dans une eau si chaude en cette fin de mois d’octobre alors qu’on ressortait les manteaux et les chaussettes en France !

Avant de vous laisser sur ces quelques photos d’Happy Bay, j’aimerai avoir un retour d’expérience ou des avis sur le timeshare. A vos commentaires !

Alors Happy sur Happy Bay ?

Sur le chemin pour accéder à la plage

La fameuse porte
« Toi là je t’aime 😉 « 

 

Où est-ce ?

[geo_mashup_map]