Afrique, Afrique du Sud, Voyages

L’attaque des elephants

En ce moment j’ai la nostalgie de l’Afrique… En regardant mes albums je suis tombée sur une série de photos pas vraiment réussie, mais qui me ramène à des beaux souvenirs : à la fois merveilleux et effrayants !

Flash Back. Nous revoilà en Afrique du Sud, plus précisément dans la réserve privée de Madikwé à la frontière avec le Botswana. Madikwé, c’est la plus belle réserve que j’ai visité. A la fois pour ses paysages, pour sa faune et pour l’atmosphère incroyable qui s’en dégageait. J’ai même intimement pensé qu’on pourrait facilement souhaiter devenir ranger, et rester là, à patrouiller dans la savane, à guetter les animaux.

Nous sommes arrivés il y a moins de 24 heures et on entame notre deuxième safari de la journée avec  Jacques, cette fois en soirée. On a déjà croisé deux majestueux lions (probablement des frères), quelques mangoustes, des oiseaux. Nous commençons à être bercés par la promenade, encore sous le charme de cette nouvelle terre. Au détour d’un chemin on se trouve nez-à-nez avec un troupeau d’éléphants. Tout le monde se redresse, excités par cette nouvelle rencontre. Notre ranger lui aussi parait impressionné et stoppe net le véhicule. Je rallume mon appareil photo et commence à mitrailler. Le soleil est pile en face de nous, mais tant pis, la rencontre est trop exceptionnelle.

Peut-être les avons-nous surpris ? Est-ce la présence des petits ? Sommes-nous arrivés trop vite ? Qui sait ? La réponse du chef des pachydermes ne se fait pas attendre : il écarte grand les oreilles, lève sa trompe et commence à barrir très fort en remuant la tête. Puis tout s’emballe. Le troupeau se met en marche vers nous. A ce moment là je ne mesure pas le danger et continu à prendre des photos. Alors Jacques le ranger se met à crier en frappant sur le 4×4, mais cela n’effraie pas les éléphants qui accélèrent même leur course. Alors on entame une marche arrière « à la  Starsky et Hutch » sur la piste et on roule, on roule, vite et loin ! Après les avoir semés, on se remet de nos émotions, à la fois effrayés et émerveillés.

Je garde toujours ces images gravées dans ma mémoire et chaque fois que je croise un éléphant, en Afrique ou en Asie, j’ai une pensée pour ce troupeau qui aurait bien voulu nous renverser.

Voici les photos prises en rafales. Elles ne sont pas réussies mais on voit bien l’agitation du troupeau.